Khadidiatou SOW

S.M.B
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 
Khadidiatou Sow est une jeune cinéaste sénégalaise qui prend ses marques dans le monde de la réalisation de documentaires. Ses réalisations touchent des sujets de société comme la violence faite aux femmes. Découvrez et encouragez avec nous cette jeune et dynamique femme.


- Peut-on savoir qui est Khadidiatou Sow ?

Khadidiatou Sow est une jeune sénégalaise qui s’active dans la peinture et réalisation de film. Elle vit et travaille à Dakar.

 

-Comment êtes vous tombée amoureuse du cinéma?

J’ai toujours aimé le cinéma ! Je me souviens  quand j’étais petite, j’étais toujours devant la télé. Je regardais tous les films,  des documentaires animaliers aux séries brésiliennes.

 

- Parlez nous de votre filmographie

Pour le moment, je n’ai tourné que quatre court- métrages de documentaires. « La punition »  est ma première fiction.  Les documentaires réalisés sont :

 

  •     « La Solution » réalisé en 2005  qui dure 2mn et dénonce la pollution à Dakar.
  •      « Lueur des beaux jours » a été coréalisé avec la jeune réalisatrice Sénégalaise Mariama Diatta en 2006. Il  montre la vie de jeunes casamançais qui, même en temps de conflit, essaient de s’en sortir.
  •     « Entre mère et mer» réalisé en 2007 montre la place des femmes dans l’émigration clandestine de nos jours.
  •     « Batakhal : lettre » réalisé en 2007, montre la vie de des sans-papiers à Paris.
  •     « La punition » tourné en 2008, dénonce la violence faite aux femmes.

 

- Quel message faites  vous passer dans votre documentaire « Entre mère et mer » sorti en 2007 ?

J’essaie de montrer dans « Entre mère et mer » le rôle des femmes dans l’émigration clandestine.  Elles ne sont pas au devant de la scène, pourtant elles ont une place très importante dans cette forme d’émigration. Et d’ailleurs le plus souvent ce sont les mères et les sœurs qui financent et encouragent  ce voyage.

 

 

-  « La punition » est votre dernière production. De quoi s’agit-il?

Ce film dénonce la violence faite aux femmes. Il montre aussi que la plupart des hommes qui battent leurs femmes se sentent faibles devant les autres.

 

- Est-ce facile de vivre de ce métier au Sénégal?

Malheureusement, le cinéma  n’est pas encore très soutenu en Afrique.

 

- Vous êtes aussi passionnée d’art. Quelles sont vos activités dans ce domaine ?

Je suis peintre de formation. J’ai participé à plusieurs expositions collectives et individuelles.

J’ai été  galeriste avec pour but de faire exposer des jeunes talents qui n’avaient pas eu  jusqu’ici la possibilité de montrer leurs œuvres.

 

- Vos productions sont-elles visualisées ailleurs qu’au Sénégal?

« Batakhal »  et « Lueur des beaux jours » ont été visualisés hors du Sénégal à l’occasion des festivals notamment en Italie et en France.

 

- Comment se porte la femme sénégalaise ?

La femme sénégalaise se porte bien. Je vois qu’il y a un réel effort pour la liberté et l’émancipation des femmes. C’est un bon signe.

 

- Votre lieu de vacances préféré ?

Saint-Louis du Sénégal.

 

- Pour finir, un message à faire passer?

Le message que je lance est que les africains doivent se serrer la ceinture et travailler dur pour développer le continent.

 

Rétrolien(0)
Commentaires (0)Add Comment

Ecrivez un commentaire

Vous devez être enregistré pour écrire un commentaire.

busy